• bitcoinBitcoin$54,431.00-7.17%
  • ethereumEthereum$4,102.86-8.62%
  • ElrondElrond$403.71-7.64%

Que sont les Liquidity Pools ?

Que sont les Liquidity Pools ?

Dans cet article, nous expliquerons ce que sont les liquidity pools, leur fonctionnement et leur rôle dans l’écosystème DeFi. Nous allons noter aussi quelques avantages des liquidity pools et les différences entre les liquidity pools les plus populaires du moment.

 

Qu’est-ce qu’une Liquidity Pool (ou réserve de liquidités) ?

Les liquidity pools représentent le cœur de la technologie derrière l’écosystème DeFi d’aujourd’hui, étant une partie essentielle des Automated Market Makers (AMM), yield farming et des protocoles de prêt, pour ne citer que quelques-uns des domaines pertinents de la DeFi.

Une liquidity pool est essentiellement un dépôt de fonds qui sont bloqués dans un contrat intelligent. Ils sont utilisés pour faciliter une variété de fonctions, telles que le trading et les prêts, et constituent l’épine dorsale de nombreux échanges décentralisés (DEX).

Avant de plonger plus profondément dans le mécanisme derrière les liquidity pools et les Automated Market Makers, voyons d’abord pourquoi nous en avons besoin.

 

À quoi servent les liquidity pools ?

Il existe actuellement deux types de DEX sur Ethereum, à savoir les échanges order book peer-to-peer, tels que Radar Relay, et les échanges de liquidity pools, tels que Bancor et Uniswap.

La méthode de trading la plus utilisée par les échanges de crypto est l’order book (carnet d’ordre), utilisé pour mettre en relation les acheteurs et les vendeurs et qui repose sur un système bid/ask.

Dans le cadre d’un order book, les acheteurs et les vendeurs passent une commande au prix qu’ils ont choisi pour un token, avec les acheteurs qui passent des ordres d’achat et les vendeurs qui passent des ordres de vente. Pendant que les acheteurs veulent faire l’acquisition d’un certain actif au prix le plus bas possible, les vendeurs cherchent à obtenir le prix le plus élevé. Pour que la transaction ait lieu, l’acheteur et le vendeur doivent se mettre d’accord sur le prix.

Un mécanisme qui croise l’offre et la demande permet la rencontre entre le bon de commande et le prix proposé. La transaction est validée lorsque le système trouve une compatibilité.

Dans le trading de type order book, il existe généralement deux types de traders :

  • Taker ou les commerçants qui prennent le prix acheteur/vendeur qui est déjà dans le carnet d’ordres.
  • Market Makers ou les traders qui passent des ordres à des prix qui ne sont pas actuellement disponibles dans les carnets d’ordres. Ce sont eux qui fournissent des liquidités et permettent aux traders de négocier sans attendre qu’un autre acheteur ou vendeur se présente.

Bien que ce type de trading fonctionne généralement bien lorsqu’il y a suffisamment d’acheteurs et de vendeurs sur le marché et pour les pièces à forte demande et liquidité, ce n’est peut-être pas le meilleur choix pour les tokens qui manquent de liquidité en raison d’un faible taux d’intérêt ou de volume. De tels tokens peuvent non seulement devenir difficiles à vendre/acheter, mais peuvent également être affectés par des fluctuations de prix imprévisibles résultant de transactions individuelles importantes.

En conséquence, les tokens caractérisés par une volatilité élevée et un trading inefficace sont moins susceptibles d’être adoptés. Dans DeFi, dépendre excessivement des teneurs de marché externes peut conduire à des transactions relativement lentes et coûteuses.

C’est ici qu’interviennent les market makers automatisés (AMM) et les liquidity pools. Les AMM ont changé la donne car ils n’ont pas besoin de carnets d’ordres. Au lieu de cela, ils utilisent des contrats intelligents pour former des pools de liquidités qui exécutent automatiquement des transactions en fonction de certains paramètres prédéfinis. Les pools de liquidité suppriment ainsi la dépendance des tokens au volume des échanges et assurent une liquidité constante à différents niveaux de prix.

Alors comment fonctionnent les liquidity pools ?

Une liquidity pool de base contient deux tokens et crée un marché pour cette paire spécifique de tokens sur un DEX. Un exemple très connu est la paire DAI/ETH. Le premier liquidity provider (LP) est celui qui fixe le prix initial des deux actifs dans la pool nouvellement créée et ajoute une quantité de tokens de valeur égale. Par exemple, vous pouvez commencer avec 10 $ de DAI et 10 $ d’ETH.

À ce stade, vous pouvez commencer à négocier des liquidités de la liquidity pool. Pour acheter, l’acheteur n’a pas besoin qu’un vendeur soit présent à ce moment-là, mais qu’il y ait de la liquidité dans la pool. Cela signifie en outre que la liquidity pool permet aux traders de négocier contre ces fonds 24h/24 et 7j/7.

Le concept d’une offre égale des deux actifs est le même pour tous les fournisseurs de liquidité qui souhaitent fournir des liquidités au pool. Étant donné que n’importe qui peut devenir un fournisseur de liquidité, tant qu’il dispose de l’actif particulier requis par la plate-forme choisie, les AMM ont rendu le processus de tenue de marché considérablement plus accessible.

Comme récompense pour avoir mis leurs fonds à disposition, les fournisseurs de liquidités gagnent des tokens spéciaux appelés tokens LP, au prorata du montant qu’ils ont partagé par rapport à la liquidité globale. Chaque fois qu’une transaction a lieu, des frais de transaction sont répartis proportionnellement entre tous les fournisseurs de liquidités.

Si un fournisseur de liquidité décide de récupérer sa liquidité sous-jacente, ainsi que les frais accumulés, il doit brûler les tokens LP en sa possession.

Le ratio des jetons dans la liquidity pool détermine le prix des actifs. Ainsi, par exemple, lorsque vous achetez du DAI dans le pool qui associe DAI/ETH, la disponibilité du DAI diminue, tandis que la disponibilité de l’ETH augmente proportionnellement. Cela se reflète dans l’augmentation du prix du DAI et la baisse du prix de l’ETH.

Il est important de noter que les grands pools permettent de négocier des transactions importantes sans provoquer de fortes fluctuations de prix. Ils créent moins de glissement, assurant ainsi une meilleure expérience de trading.

Cas d’utilisation des liquidity pools

L’un des principaux protocoles DeFi utilisés pour échanger des crypto-monnaies et qui est basé sur la forme la plus essentielle de liquidity pools est Uniswap, un échange de jetons décentralisé ETH et ERC-20 qui facture des frais de transaction de 0,3% sur tous ses pools.

Cependant, il existe plusieurs autres DEX qui reposent sur le principe de base des liquidity pools, mais diffèrent les uns des autres en ce qui concerne les cas d’utilisation pratiques, tels que Bancor, Sushiswap, Curve et Balancer.

Après s’être rendu compte que le concept derrière Automated Market Makers ne fonctionne pas comme souhaité avec des pièces stables ou des wrapped tokens (jetons dont la valeur est ancrée à celle du jeton d’origine), Curve, qui est une liquidity pool d’échange sur Ethereum, a mis en œuvre un algorithme légèrement différent et offre désormais des frais inférieurs, ainsi qu’un glissement inférieur.

Balancer a également abordé les liquidity pools d’un point de vue différent, permettant jusqu’à 8 jetons dans un seul liquidity pool au lieu des 2 actifs typiques.

Les liquidity pools peuvent être utilisés de différentes manières, les principales étant le liquidity mining ou le yield farming à travers lequel les fournisseurs de liquidités sont incités à fournir des liquidités à certains pools avec des jetons supplémentaires.

 

Liquidity pools – Risques et avantages

Par rapport au modèle d’order-book traditionnel, les liquidity pools présentent quatre avantages principaux :

  1. Ils assurent une liquidité constante à n’importe quel niveau de prix.
  2. La tarification automatisée permet une tenue de marché passive.
  3. Tout le monde peut devenir un fournisseur de liquidités tant qu’il dispose du ou des actifs appropriés pour la plate-forme choisie.
  4. Réduit l’écart entre les transactions et implique des frais de consommation d’électricité réduites.

Cependant, force est de constater que le recours liquidity pools n’est pas sans risques. Les pertes temporaires, les bugs dans les contrats intelligents, les risques systémiques et les piratages de liquidity pools ne sont que quelques-uns des problèmes, mais nous en reparlerons prochainement.

En résumé, les liquidity pools éliminent le besoin d’un carnet d’ordres centralisé et assurent une liquidité constante. Dans le même temps, ils réduisent considérablement la dépendance vis-à-vis des intermédiaires financiers externes pour fournir un approvisionnement constant en liquidités aux DEX.

ARTICLE PRÉCÉDENTARTICLE SUIVANT

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *